Fiscalité SAS

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en novembre 2020

Sommaire

Les SAS, sociétés par actions simplifiée, entrent dans la catégorie des sociétés de capitaux. En principe, les bénéfices qu’elles dégagent sont soumis à l’impôt sur les sociétés (IS), dont la SAS est redevable. Toutefois, sur option, certaines SAS peuvent opter pour le régime des sociétés de personnes, avec une taxation des bénéfices au niveau des associés. Faisons le point sur la fiscalité des SAS.

Fiscalité SAS : imposition à l’IS

En principe, les bénéfices que dégagent les SAS sont taxés à l’impôt sur les sociétés. La société est redevable de cette imposition, ce qui lui confère un caractère fiscalement opaque. Les premiers 38 120 € de bénéfices réalisés par la société sont imposés au taux réduit d’impôt sur les sociétés à 15 %, dans la mesure où la SAS respecte les conditions d’octroi du taux réduit :

  • réaliser un chiffre d’affaires inférieur à 7 630 000 €  ;
  • avoir un capital entièrement libéré, détenu de manière continue, pour 75 % au moins, par des personnes physiques ou par une société répondant aux mêmes conditions.

Au delà des premiers 38 120 € de bénéfice, la SAS est imposée au taux normal de l’IS. La loi de finances pour 2018 prévoit une baisse progressive du taux d'imposition à l'IS selon le calendrier ci-dessous, tout en conservant le taux réduit de 15 % jusqu'à 38 120 € pour les PME :

  • exercices ouverts en 2018 : taux de 28 % jusqu'à 500 000 € de bénéfice imposable et de 33,1/3 % au-delà ;
  • exercices ouverts en 2019 : taux de 28 % jusqu'à 500 000 € de bénéfice imposable et de 31 % au-delà ;
  • exercices ouverts en 2020 : taux de 28 % ;
  • exercices ouverts en 2021 : taux de 26,5 % ;
  • exercices ouverts en 2022 : taux de 25 %.

Pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur ou égal à 250 M€, l’article 4 de la loi n° 2019-759 du 24 juillet 2019 et l’article 39 de la loi n°2019-1479 du 28 décembre 2019, de finances pour 2020 ont prévu une trajectoire de baisse différente :

  • exercices ouverts en 2019 et clos à partir du 6 mars 2019 : taux de 28 % jusqu'à 500 000 € de bénéfice imposable et de 33,1/3 % au-delà ;
  •  exercices ouverts en 2020 : taux de 28 % jusqu'à 500 000 € de bénéfice imposable et de 31 % au-delà ;
  • exercices ouverts en 2021, taux de 27,5 % sur la totalité du résultat fiscal ;
  • exercices ouverts en 2022 : taux de 25 % sur la totalité du résultat fiscal.

Une fois les bénéfices taxés, les organes compétents de la SAS peuvent décider d’une distribution de dividendes. Celle-ci profitera aux associés de la SAS, qui déclareront le montant des dividendes perçus dans leur déclaration de revenus personnelle, après application d’un abattement de 40 %.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

Fiscalité SAS : option pour le régime des sociétés de personnes

Principe de l'option pour le régime des sociétés de personnes

Certaines SAS peuvent opter pour le régime des sociétés de personnes. L’exercice de cette option est valable pour une durée maximale de 5 exercices. L’option pour ce régime change les modalités d’imposition des bénéfices de la SAS. Les bénéfices de la société ne sont plus imposés au sein de la société au titre de l’IS mais remontent au niveau des associés. Ceux-ci, proportionnellement à leurs droits de vote dans la société, déclarent une part de bénéfice dégagée par la société dans leur déclaration de revenus personnelle, au titre de l’impôt sur le revenu (IR).

Dès lors, la SAS n’est plus opaque, les bénéfices ne sont pas « bloqués » à son niveau. La SAS devient translucide, en ce sens que les bénéfices remontent aux associés et sont imposés en leur nom.

Conditions de l'option pour le régime des sociétés de personnes

L’exercice de cette option est soumis au respect de plusieurs conditions :

  • exercer à titre principal une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, à l’exclusion de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier ;
  • avoir moins de 5 ans d’existence à la date d’ouverture du premier exercice pour lequel l’option est demandée ;
  • avoir un capital social détenu à 50 % au moins par des personnes physiques ;
  • dont le ou les dirigeants détiennent au moins 34 % du capital social ;
  • répondre à la définition de la TPE au sens communautaire.

Modalités de l'option pour le régime des sociétés de personnes

L’option pour le régime des sociétés de personnes est conditionnée à l’accord de tous les associés de la SAS. Elle doit être formulée dans les 3 premiers mois de l’exercice au titre duquel elle commence à s’appliquer. L’option peut également être exercée lors de la création de la SAS, auquel cas cette dernière devra remplir le formulaire M0 (Cerfa n° 13959).

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Champ d'application

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider